Compte-Rendu Derniers articles

10 KM Adidas 2018 – Courir aux sensations : Comment ? Pourquoi ?

Pour accéder directement au récit de la course rendez vous plus bas.

A l’heure des montres GPS et des applis de running, difficile de se déconnecter même quand on coure ! C’est un paradoxe car beaucoup de personnes qui pratiquent la course à pied le font dans le but justement de se vider la tête et de se couper de leur vie de tous les jours.

Changer ses habitudes

La première étape c’est donc de ne plus prendre avec soit sa montre GPS ou son téléphone. Plus facile à dire qu’à faire ! Pour beaucoup de coureurs, dont je fais partie, les kilomètres qui ne sont pas enregistrés dans nos applis ou nos montres ne comptent pas. J’ai plusieurs fois reporté une sortie parce que ma montré n’était pas chargée ou que je ne trouvais pas de signal GPS.

Tout ça n’est pas dramatique mais nos gadgets connectés qui sont des outils et des sources de motivations peuvent se retourner contre nous si nous ne faisons pas attention à respecter quelques principes de base. Tout d’abord ne jamais considérer la montre comme un accessoire indispensable mais comme un outil pour s’entrainer, rien de plus. Vous pouvez courir sans votre montre, c’est bête à dire mais ça se passera très bien !

La seconde étape consiste à apprendre à s’écouter et à se connaitre. Maintenant que vous courrez sans montre il vous faut prendre les informations ailleurs, en vous ! Votre souffle, votre foulée, vos muscles sont les seuls indicateurs à suivre. Prendre un parcours d’entrainement habituel et le courir aux sensations est un très bon exercice. Vous pouvez commencer par un footing cool puis ensuite faire un fartlek aux sensations. L’avantage est que quel que soit votre temps, vous aurez profité de votre séance. Contrairement à une séance programmée et suivie avec votre montre, vous ne pouvez pas rater une séance courue aux sensations.

La troisième étape est la plus intéressante à mon sens. Elle consiste à participer à une compétition en se fiant uniquement à ses sensations. Cette étape se prête particulièrement aux courtes distances. Sur 5KM ou 10KM, votre montre ne sert pas à grand-chose car ces distances exigent de courir à une haute intensité dès le début. Vous pouvez donc vous passer de votre montre sans trop prendre de risque. Ne pas prendre de montre sur un trail peut aussi être une expérience intéressante. Le trail en raison du terrain et du dénivelé ne peut être courut simplement en regardant son allure. Montre ou pas vous devez écouter vos sensations sur ce genre d’épreuve.

course 1
Le 10KM l’épreuve parfaite pour courir aux sensations!

En résumé courir aux sensations permet de se recentrer sur votre pratique et de retrouver du plaisir à courir quel que soit votre résultat de la séance. Cela permet aussi d’apprendre à mieux se connaître. Enfin le dernier avantage et pas le moindre à mon sens est que cela préserve et booste votre motivation à long terme. Si vous arrivez à détacher votre pratique des kilomètres et du chrono vous irez plus loin car courir pour courir c’est la meilleure source de motivation sur le long terme. Plus que le chrono ou la vitesse. Pour autant ne boudez pas votre montre ou votre application favorite. Ils sont eu aussi des sources de motivation et des outils très performants lorsqu’il s’agit de préparer un objectif dans votre saison de running.

10 KM Adidas – retour d’expérience :

départ

Deux semaines après mon retour du Kenya, c’était l’occasion pour moi de tester les effets de mon entrainement en altitude. Malheureusement je m’étais foulé la cheville le lundi de la course en jouant au foot avec mes nouveaux collègues. J’ai boitillé toute la semaine mais vendredi ma cheville a enfin décidé de me laisser tranquille. Dimanche je prends donc le départ de la course sans avoir couru depuis lundi et sans avoir testé ma cheville.

Top départ ! C’est parti pour 10KM dans le centre de Paris ! Je sens ma cheville mais rien de trop méchant pour le moment, pourvu que ça dure ! Je rattrape le meneur d’allure -40min et le double assez facilement. Nous passons autour de la madeleine puis reprenons la rue de Rivoli en direction de l’Opéra. Je me sens hyper bien, je sais que je courre plus vite que mon objectif de 40 minutes. Je me sens bien alors je décide de continuer. Nous passons devant l’Opéra puis retournons longer les quais. Je croise alors les premiers qui sont aussi sur les quais mais dans l’autre sens. Hassan Chadi en tête avec déjà plusieurs dizaines de mètres d’avance, derrière Chrsitopher Carvahlo avance rapidement, je suis impressionné par l’amplitude de sa foulée. Sur le moment j’ai l’impression qu’il fait des bonds de 10 mètres ! Nous passons le kilomètre 5 et c’est maintenant à mon tour de longer les quais avec comme objectif final la Tour Eiffel.  Sur le chemin vers la dame de fer je commence à ralentir un peu, foulée est moins aérienne et mon souffle court. Pas d’inquiétude cependant, un 10KM c’est toujours comme ça, si on n’arrive pas à bout de souffle c’est qu’on a pas tout donné. Les kilomètres défilent mais je n’arrive pas à reprendre mon rythme du début. Sur la fin le meneur d’allure -40minutes me double. Je m’accroche au peloton qui ne compte plus que quelques coureurs maintenant. Je n’arrive pas à les suivre mais je continue à me faire violence pour ne pas trop ralentir. Enfin je passe la ligne d’arrivée. Le verdict arrive 3 minutes plus tard par SMS sans que j’ai eu le temps de reprendre mon souffle ! 39’40’’ c’est une minute de moins que mon record !

Avec les résultats détaillés le lendemain j’apprends que j’ai couru la première partie en 19’10’’ et la seconde en 20’30’’, je suis donc probablement parti trop vite. En revanche je n’ai pas du tout vécu ma fin de course comme les autres fois. Cette fois-ci j’ai pris du plaisir jusqu’au bout et n’ai pas eu de baisse de moral en voyant mon allure baisser. Si j’avais eu ma montre je serais surement parti moins vite mais j’aurai aussi eu un petit coup au moral sur la deuxième partie en voyant mon allure baisser.

Quoi qu’il en soit cette expérience m’aura permis de prendre confiance en mon rythme de course naturel. Je sais que sans montre aussi je peux courir vite. La prochaine fois que je tenterai cette expérience j’essaierai de courir une distance plus longue pour voir ce que ça donne. En tous cas je retenterai l’expérience c’est sûr !

%d blogueurs aiment cette page :